Le jeûne intermittent du point de vue d’un nutritionniste certifié

Mise à jour:
Temps de lecture : 5 minutes
5.0
(1)
Le jeûne intermittent du point de vue d’un nutritionniste certifié
Image: health.harvard.edu
Partager

Jeûne intermittent – regardons cet outil récemment populaire dans le monde moderne. On en parle beaucoup et il est recommandé par les nutritionnistes et les préparateurs physiques principalement pour la perte de poids et la perte de graisse.

L’idée du jeûne intermittent existe depuis des siècles. On peut la retrouver dans diverses cultures et religions. Par exemple, dans l’Égypte ancienne, les prêtres pratiquaient le jeûne plusieurs jours avant les cérémonies religieuses. Et dans la Grèce antique, des philosophes comme Socrate et Platon jeûnaient pour purifier l’esprit et le corps.

Ces dernières années, de nombreuses études scientifiques confirmant les bienfaits pour la santé des jeûne. Ces études ont montré qu’il peut être efficace pour :

  • Perte de poids et perte de graisse
  • Améliore le métabolisme du glucose et la sensibilité à l’insuline
  • Réduire le cholestérol LDL et les triglycérides
  • Améliorer les fonctions cognitives et la mémoire
  • Réduire l’inflammation
Le jeûne intermittent reste une méthode populaire pour perdre du poids et améliorer la santé. Il existe de nombreux protocoles différents, et chaque personne peut trouver celui qui convient le mieux à son style de vie et à ses objectifs.

Il existe plusieurs options pour le jeûne intermittent. Le principe de base est que les 24 heures de la journée sont divisées en deux fenêtres : le moment où nous mangeons et le moment où nous nous abstenons de manger. Il existe de nombreuses variantes différentes – 36:0, 24:0, 20:4 (régime du guerrier), 14:10, 12:12, mais la plus populaire est peut-être 16:8 – c’est-à-dire 8 heures pour manger, 16 heures pour manger. sans nourriture.

Intermittent fasting
Image: coreculture.com

En général, chacun de nous utilise chaque jour le jeûne intermittent 12h12 – nous mangeons pendant 12 heures, nous jeûnons pendant 12 heures.

Pendant la période de jeûne, il est permis de boire des boissons qui n’affectent pas le fonctionnement des organes digestifs, c’est-à-dire du thé non sucré, du café, des boissons aux herbes, de l’eau. Certaines méthodes permettent d’utiliser du bouillon d’os pendant une période sans nourriture (par exemple, la méthode de Jason Fang, il a de nombreux livres différents).

Une partie importante du « jeûne intermittent sain » consiste à ne pas mourir de faim !

L’une des tâches que le jeûne intermittent aide à résoudre est de permettre au corps de faire une pause dans les processus de digestion et de faire d’autres choses pour se restaurer, par exemple.

Et le corps ne peut le faire que s’il dispose de suffisamment de ressources, c’est-à-dire de suffisamment de tous les matériaux de construction – protéines, graisses, micronutriments. Il s’avère que ce n’est que dans une situation où, pendant la période de repas, le corps a reçu tous les nutriments nécessaires, ainsi que les calories, que le corps acceptera sereinement une grève de la faim (ce qu’on appelle le « stress positif »).

Le jeûne n’est pas pour tout le monde

Par exemple, une étude a révélé que le jeûne améliorait la sensibilité à l’insuline chez les hommes, tandis que le taux de sucre dans le sang des femmes se détériorait. De plus, si vous êtes une femme confrontée à la tâche de tomber enceinte et de donner naissance à un bébé, il est préférable de ne pas pratiquer le jeûne.

Le jeûne n’est pas recommandé à ceux qui sont souvent malades ou aux corps en croissance qui ont besoin d’un apport constant de nutriments suffisants.

En cas de troubles de l’alimentation – anorexie, boulimie, excès alimentaires compulsifs, etc., le jeûne peut aggraver la situation.

Nutritionniste clinicien sur les types populaires de jeûne intermittent
Nutritionniste clinicien sur les types populaires de jeûne intermittent
Temps de lecture : 5 minutes
5.0
(2)
Alena Chernova
Alena Chernova
Nutritionist expert, clinical nutritionist, health-coach

Le jeûne intermittent est déconseillé aux personnes présentant :

  • Émaciation ou malnutrition
  • Diabète de type 1
  • Maladie grave des reins ou du foie
  • Insuffisance cardiaque
  • Troubles de l’alimentation
  • Prendre certains médicaments tels que l’insuline ou les anticoagulants

Le jeûne intermittent n’est pas un moyen durable de perdre du poids. Dès qu’une personne arrête de jeûner, le poids revient rapidement. En effet, le jeûne intermittent ralentit votre métabolisme, ce qui rend plus difficile la combustion des calories. C’est,

Pour se sentir bien et bien paraître, n’oubliez pas les principes de physiologie inhérents au corps humain :

  • Prenez le petit-déjeuner le matin (important, car le matin, le niveau le plus élevé de l’hormone cortisol, qui peut détruire les muscles masse)
  • Manger au moins trois fois par jour (c’est le seul moyen de donner à l’organisme la quantité requise de protéines)

Surveillez la teneur en calories des aliments de votre alimentation :

  • pour les hommes, la norme quotidienne est de 2 200 à 3 500 kcal ;
  • pour les femmes : 1 600 à 2 900 kcal.

Il est important d’abord d’améliorer votre alimentation, de la rendre variée, nutritive et nutritive.

Jeûne intermittent et médecine bariatrique

Le jeûne intermittent est un régime alimentaire qui implique des périodes pendant lesquelles une personne s’abstient de manger afin de perdre du poids. Il n’existe toujours pas suffisamment de données sur la manière dont ce programme affecte l’organisme dans son ensemble à long terme. La sécurité de manger à intervalles réguliers confirmée par les chercheurs uniquement pour la personne moyenne en bonne santé. Les risques « sur le moment » sont connus :

  • De longues pauses conduisent au fait qu’une personne ne se sent pas rassasiée pendant une longue période en mangeant, elle risque donc de manger 2 à 3 fois plus que sa norme en termes de volume et de teneur en calories ;
  • Le jeûne est dangereux pour les femmes enceintes et allaitantes. D’après notre expérience, il existe des risques de troubles dyspeptiques chez les personnes souffrant de maladies gastro-intestinales, d’exacerbations de lithiase biliaire, d’ulcères.

La proportion de Russes obèses augmente rapidement – déjà une personne sur dix est en surpoids, ce qui signifie que le nombre de complications augmente également – diabète, pathologies cardiovasculaires, etc. La chirurgie bariatrique se développe et gagne en popularité. Il s’agit d’une méthode de traitement efficace, dont l’indication n’est pas seulement l’obésité, mais également les maladies et complications concomitantes. En 2020, 3 292 opérations ont été réalisées, et en 2023, il y en avait déjà 8 955, soit 172 % de plus. Il existe même des quotas pour les interventions, par exemple pour les personnes atteintes de diabète. Le registre bariatrique national rapporte que seulement 30 % des personnes obèses n’ont pas de diagnostic supplémentaire. Mais la chirurgie bariatrique peut également être indiquée pour eux si l’IMC (indice de masse corporelle) est supérieur à 40.

Il n’existe aucune contre-indication directe au jeûne intermittent chez les patients bariatriques. Cette méthode est choisie par les patients pour améliorer la perte de poids après la chirurgie. Mais en raison des dangers d’exacerbations des maladies chroniques, il est extrêmement important d’accroître le contrôle de la prise de médicaments à ce moment-là ; des tests de laboratoire doivent être régulièrement effectués pour prévenir les carences en micro-éléments et en vitamines et, en général, le processus doit être surveillé par un médecin.

Une perte de poids sûre et durable nécessite une approche globale qui comprend une alimentation équilibrée, une activité physique et des changements de mode de vie. Commencez par réduire la teneur en calories de vos repas, en réduisant les portions de nourriture si vous envisagez un jeûne intermittent. Il existe de nombreuses preuves en faveur d’un régime alimentaire faible en calories et nutritif.
Note de l'article
5,0
1 notes
Évaluez cet article
Marina Kosenkova
Marina Kosenkova
Veuillez écrire votre opinion sur ce sujet :
avatar
  Notifications de commentaires  
Notifier
Contenu Évaluez-le Commentaires
Partager

Tu pourrais aussi aimer

Nutritionniste clinicien sur les types populaires de jeûne intermittent
Temps de lecture : 5 minutes
5.0
(2)
Alena Chernova
Alena Chernova
Nutritionist expert, clinical nutritionist, health-coach

Le choix des éditeurs

Revue d’experts sur les principaux types de comportements alimentaires
Temps de lecture : 7 minutes
5.0
(2)
Liana Valeeva
Expert in weight management and eating psychology
Faut-il mettre de la glace sur son visage ? Un expert des effets du froid sur la peau
Temps de lecture : 7 minutes
5.0
(4)
Natalia Lesnova
Natalia Lesnova
Founder of a natural skincare brand, PhD